En mai fais ce qu’il te plait

Ce mois de mai qui débute à une drôle de saveur douce ou amère selon les jours.
Les filles n’ont jamais été aussi collées-serrées
même si elles se disputent régulièrement et se rabibochent dans la foulée.
Moi qui me plaignait en début d’année de manquer de moments rien qu’à moi,
je peux enfin laisser mon inspiration s’épanouir à nouveau.
La reprise avec les journées trop pleines sera d’autant plus frustrante.
Je ne veux pas me laisser parasiter par la peur ou l’angoisse
et j’essaie de prendre la vie au jour le jour.
Je me souviens dans un de mes billets de début de confinement,
je comparais cette période hors norme à une course de fond et nous y sommes.
Nous approchons des 50 jours cloîtrés à la maison,
dans l’ensemble ça se passe bien, nous cohabitons sans heurts
avec une organisation qui nous permet de structurer nos journées
et de ne pas nous éparpiller dans tous les sens.
Mais je sens que parfois ma sérénité se craquelle,
je rêve d’un repas de famille joyeux et animé,
d’une longue balade sur une plage venteuse, d’une séance ciné,
d’une expo d’art inspirante, de faire du shopping avec les filles
et leur offrir des petites tenues d’été.
Le déconfinement avec les masques, les gestes barrière
et la peur de tomber malade me fait flipper.
Bref des sentiments ambivalents entre l’envie de rester protégés
dans notre bulle réconfortante et le besoin de retrouver une vie sociale.
J’imagine que je suis loin d’être la seule dans ce cas.

* Sa petite blouse fleurie adorée et son sourcil fou
* les cheveux de nos oeufs zinzins qui poussent
* le poisson Némésis dans la soupière pendant que l’on récure l’aquarium
* Colinette plongée dans son carnet de bord
* Nos voisins toujours aussi généreux continuent à nous gâter en viennoiseries,
à nous les petits déjeuners et goûters gourmands
* la lumière du soir dorée après une journée de giboulées
* Coco sérieuse et intimidée qui écoute sa maîtresse pendant une réunion zoom
* entre chien et loup
* la douceur du soir et l’aspect réconfortant de toutes mes babioles accumulées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *